En voilà une expression populaire archi-usitée, il est d’ailleurs assez aisé d’en comprendre son sens. Clairement, quelqu’un qui dort sur ses deux oreilles est quelqu’un qui profite d’un sommeil paisible, relaxant, serein et en toute sécurité.

On peut aussi prendre cette locution au sens propre et tenter de mieux dormir grâce au silence imposé à nos oreilles par un oreiller en forme de U.

Savez-vous d’où vient l’expression “dormir sur ses deux oreilles” ?

Cette expression aurait pu trouver son origine à une époque barbare. Imaginez un chef de tribu dormant sur son collier arborant les deux oreilles du chef rival vaincu il y a quelques heures. Paisiblement, la satisfaction du devoir accompli et de sa toute puissance, le menant dans un sommeil profond et salvateur, comme un bon gros bébé !

Et bien non, la trace la plus lointaine de cette locution remonte au début du XVIIIè siècle et est signée Jean de La Fontaîne dans son écrit sur le beau sexe “Les Oyes de Frère Philippe” (oyes = oies en français de l’époque). La formulation est sensiblement différente mais l’idée y est la même:

à cela près, censeurs, je vous conseille
De dormir comme moi sur l’une et l’autre oreille.

Si vous avez déjà entendu parler de l’oie comme appellation de la femme, c’est également cet ensemble de vers qui a popularisé cette image: le frère Philippe vit en ermite avec son fils pour le préserver des perversions de la société. Un jour, son fils demande à l’accompagner en ville et voit des femmes pour la première fois. Il est vite séduit et demande à son père “qu’est ce que c’est ?”. Son père lui répond “des oies” et lui dit de se méfier d’elles.